Gadget

Ce contenu n'est pas encore disponible en cas de connexion chiffrée.

vendredi 1 janvier 2010

L'ANTÉCHRIST par AUGUSTIN LÉMANN (2)

L’NTÉCHRIST
par AUGUSTIN LÉMANN (2)
.
.
.

.
.
.

CHAPITRE DEUXIÈME (SUITE)
Trois portraits de l'Antéchrist tracés prophétiquement dans la Bible.

II - CHOSES PROBABLES

PREMIÈRE PROBABILITÉ Les Juifs acclameront l'Antéchrist comme Messie et seront ses auxiliaires pour établir son règne.


«Je suis venu au nom de mon PÈRE, et vous ne m'avez pas reçu ; un autre viendra en son nom et vous le recevrez.» (SAINT JEAN V, 43.)

C'est sur cette parole adressée par JÉSUS-CHRIST aux Juifs, ses contemporains et ses adversaires, que cette croyance s'est établie ; et l'on peut dire qu'elle est le sentiment commun des Pères de l'Église. Nommons SAINT IRÉNÉE, SAINT HIPPOLYTE, SAINT HILAIRE, SAINT CYRILLE DE JÉRUSALEM, SAINT GRÉGOIRE DE NAZIANZE, SAINT ÉPHREM, SAINT AMBROISE, RUFIN, SAINT JEROME, SAINT CHRYSOSTOME, SAINT PROSPER, SAINT CYRILLE d'ALEXANDRIE, THÉODORET, VICTORINUS, SAINT GRÉGOIRE LE GRAND, ANDRÉ DE CESARÉE, le VÉNÉRABLE BÈDE, SAINT JEAN DAMASCÈNE, THÉOPHYLACTE, SAINT ANSELME, etc.

Qu'il suffise de citer les plus en renom :

SAINT JÉRÔME : «Le Seigneur parlant de l'Antéchrist dit aux Juifs : Je suis venu au nom de mon PÈRE, et vous n'avez pas cru en moi ; un autre viendra en son nom, et vous le recevrez »... Les Juifs, après avoir méprisé la vérité en la personne de JÉSUS-CHRIST, recevront le mensonge, en recevant l'Antéchrist (1)».

SAINT CHRYSOSTOME : «Qui est celui que le Sauveur annonce comme devant venir, mais pas au nom de son PÈRE ? L'Antéchrist et il dénonce d'une manière évidente la perfidie des Juifs (2)».

SAINT AMBROISE : «Cela montre que les Juifs, qui n'ont pas voulu croire en JÉSUS-CHRIST, croiront à l'Antéchrist (3)».


SAINT ÉPHREM : «C'est d'une manière exceptionnelle que l'Antéchrist entourera de faveurs la nation Juive. Mais c'est aussi d'honneurs extraordinaires que la nation déicide le couvrira et qu'elle applaudira son règne (4)».

SAINT GRÉGOIRE LE GRAND : «Les Juifs accorderont leur confiance à un homme, eux qui refusent de croire au Rédempteur, alors qu'à la fin du monde ils se donneront à l'Antéchrist (5)».


SAINT JEAN DAMASCÈNE : «Les Juifs ont donc rejeté le Seigneur JÉSUS, CHRIST et DIEU, et FILS de DIEU ; ils recevront au contraire l'imposteur qui s'attribuera avec arrogance la divinité (6)».

SAINT HIPPOLYTE : disciple de SAINT IRÉNÉE et l'un des premiers qui ait écrit sur ce sujet, fait même parler les Juifs : «Ils se diront les uns les autres : «Se trouve-t-il dans notre génération un homme aussi bon et aussi juste ? » Ils iront à lui et ils lui diront : «Nous te servirons tous ; nous plaçons en toi notre confiance ; nous te reconnaissons comme le plus juste de toute la terre ; c'est de toi que nous espérons le salut. Et ils le proclameront Roi (7)».

Tout étonnement cesse devant ces commentaires et ces annonces tombant de haut, lorsque surtout on voit s'accroître chaque jour l'énorme puissance financière des Juifs, leurs intrigues, l'escalade qu'ils font des premières places dans les principaux États, leur entente d'un bout du monde à l'autre. En présence d'une telle prépondérance, on n'a plus de peine à comprendre et à admettre comment ils pourront contribuer à l'établissement de la formidable puissance de l'Antéchrist.

Cette acclamation de sa personne et l'aide qu'ils lui apporteront sont donc choses probables. Mais pourquoi pas certaines ?

En voici la raison :

La plupart des témoignages patristiques, relatés ci-dessus, reposent sur cette parole de JÉSUS-CHRIST, adressée par lui aux Juifs : «Je suis venu au nom de mon PÈRE, et vous ne m'avez pas reçu, un autre viendra en son nom, et vous le recevrez (8). Or, à propos de ce texte, SAINT THOMAS D'AQUIN observe que, depuis le vrai CHRIST, un grand nombre de faux CHRISTS ayant déjà paru chez les Juifs et ayant été reçus par eux (9), il se pourrait que le texte, considéré en lui-même, se rapportât non à l'Antéchrist, mais à n'importe lequel de ces faux Messies, de ces faux CHRISTS. Cependant, ajoute SAINT THOMAS, ce texte peut être probablement reçu selon le sens relatif à l'Antéchrist, à cause de l'autorité des saints Pères qui l'ont entendu ainsi : «Locus probabilis est propter auctoritatem sanctorum Patrum
(10)».
.
.
DEUXIÈME PROBABILITÉ : La durée de la persécution de l'Antéchrist sera de trois ans et demi.


«Les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps et des temps et la moitié d'un temps.» (DANIEL VII, 25) «Et le Pouvoir fut donné à la Bête d'agir pendant quarante-deux mois.» (APOCALYPSE XII, 5.)
.
Il a été dit précédemment (IIè certitude) que la puissance et la persécution de l'Antéchrist ne seraient que passagères. Cela est certain. Mais serait-il possible d'en déterminer exactement la durée ? On ne peut faire, à cet égard, qu'une réponse probable, non certaine, d'après les deux textes cités. Celui de DANIEL, en effet, est mystérieux : il ne précise que trois temps et demi, sans déterminer ce qu'il faut entendre par ces expressions qui peuvent signifier une période de jours, de mois, d'années, de siècles. De nombreux commentateurs anciens (SAINT ÉPHREM, SAINT JÉRÔME, THÉODORET, etc.), modernes et contemporains, supposent qu'un «temps» correspond à une année. Ils ont raison. Grâce, en effet, au texte de l'APOCALYPSE, celui de DANIEL est éclairci. En prédisant que la domination de l'Antéchrist ne durera que quarante-deux mois, l'APOCALYPSE autorise à conclure qu' «un temps et des temps et la moitié d'un temps »représentent trois ans et demi, durée équivalant à quarante-deux mois (11).

Une observation ingénieuse a été faite : «Il est à remarquer que DANIEL ne dit pas simplement : trois temps et demi, mais : un temps, deux temps... il divise ainsi l'ère de l'Antéchrist en trois périodes intégrales : l'une relativement courte, durant laquelle l'ennemi de DIEU et des hommes établira sa puissance ; la seconde plus longue, qui le verra exercer son influence néfaste ; la troisième, qui semblait devoir se prolonger davantage encore, sera au contraire très courte, parce que son pouvoir sera tout à, coup brisé par le Seigneur (12)

III - CHOSES INDÉCISES
Ce sont celles qui ne sont établies ni par le consentement unanime des Pères, ni par des textes précis de la Sainte Écriture.

D'après plusieurs Pères de l'Église, suivis par certains exégètes, l'Antéchrist sortirait de la race juive et, même, de la TRIBU DE DAN.
«C'est ici, objecte BOSSUET, une affaire non de dogme ni d'autorité, mais de conjecture
(13).» Ajoutons que ces conjectures ne reposent sur aucun fondement solide.



1° D'abord par rapport à la race juive. Les raisons alléguées sont les suivantes, auxquelles il sera répondu au fur et à mesure :


a) En annonçant l'Antéchrist, DANIEL l'a représenté sous la forme d'une petite corne. Or, conclut THÉODORET : «DANIEL appelle l'Antéchrist une petite corne, parce qu'il naîtra de la petite tribu des juifs (14)


Réponse : C'est pour marquer la marche grandissante de l'Antéchrist, les développements de son règne que DANIEL le montre d'abord sous le symbole d'une petite corne qui devient ensuite plus grande et plus forte que les autres. (DANIEL VII, 8, 20)
--------------------------------------------------------
b) (DANIEL ch. XI, 2) dit : «succédera un homme méprisé, à qui on n'accordera pas les honneurs royaux ; il viendra en secret, et il s'emparera du royaume par la fraude.»
Explication de SAINT JÉRÔME : (D'après nos commentateurs, cela s'accomplira à la fin du monde par l'Antéchrist, qui doit surgir d'une nation petite, c'est-à-dire du Peuple juif ; ses débuts seront si humbles et il sera si méprisé qu'on ne lui accordera pas les honneurs royaux ; mais il obtiendra le pouvoir par des intrigues et par astuce (15)

Réponse : ce texte, au sens littéral, s'applique non à l'Antéchrist mais à ANTIOCHUS qui l'a réalisé d'une manière exacte. Malgré le surnom d'ÉPIPHANE (L'ILLUSTRE), que lui décerna la flatterie de quelques-uns de ses sujets, Antiochus était en réalité un homme très vil et aux instincts grossiers. Aussi le peuple ne tarda-t-il pas à parodier ce surnom, qu'il transforma en ÉPIMANE (l'INSENSÉ) (16). Qu'en cela ANTIOCHUS ait été la figure de l'Antéchrist, qui réaliserait plus tard l'interprétation rapportée par SAINT JÉRÔME, c'est possible, mais la chose reste indécise.
--------------------------------------------------------
c) «Le CHRIST étant né des Hébreux, l'Antéchrist aura la même origine (17).» C'est la raison apportée par SAINT HIPPOLYTE, martyr.

Réponse : Elle n'est qu'une supposition, sous forme d'antithèse.
--------------------------------------------------------
d) C'est une opinion admise comme probable que les Juifs acclameront l'Antéchrist comme le MESSIE qu'ils attendent. Or ils ne sauraient le faire, qu'autant que l'Antéchrist sera de même race qu'eux-mêmes, c'est-à-dire d'origine juive. Tel est le raisonnement de MALVENDA (18).

Réponse : À travers les siècles, les Juifs ont acclamé tous les ennemis de JÉSUS-CHRIST et de l'Église, quelle que fut leur origine, et ils se sont faits leurs auxiliaires. Dans le grand SANHÉDRIN, tenu à PARIS en 1807, ils ont couvert le nom de NAPOLÉON de louanges et de fleurs bibliques exclusivement réservées au MESSIE (19), et cependant NAPOLÉON n'était pas de sang juif. Ils ont même reconnu le MESSIE dans les fameux principes de la Révolution française : «Le MESSIE est venu pour nous le 28 février 1790 avec la DÉCLARATION DES DROITS DE L'HOMME (20).» À plus forte raison, pourquoi ne le reconnaîtraient-ils pas dans un être extraordinaire, tel que l'Antéchrist, alors même qu'il ne serait pas de leur race ?
---------------------------------------------------------
e) L'Antéchrist doit sortir de la TRIBU DE DAN, l'une des douze tribus d'ISRAËL. Donc il sera d'origine juive.

Réponse : De toutes les raisons alléguées, cette dernière est la plus forte. Il est évident, en effet, que si l'Antéchrist doit être danite par le sang, sa nationalité juive demeure indiscutable. Mais le doit-il être ?
---------------------------------------------------------


2° L'Antéchrist descendra-t-il de la TRIBU DE DAN ?

À cette question, les Pères, on doit le reconnaître, répondent, et en assez grand nombre, d'une manière affirmative : L'Antéchrist sera de l'ancienne TRIBU JUIVE DE DAN. Ont partagé cette opinion SAINT IRÉNÉE, SAINT HIPPOLYTE, SAINT AMBROISE, SAINT AUGUSTIN, SAINT POSPER, THÉODORET, SAINT EUCHER, SAINT ANASTASE LE SINAÏTE, SAINT GRÉGOIRE LE GRAND, SAINT ISODORE, LE VÉNÉRABLE BÈDE, SAINT ANSELME, RUPERT, RICHARD DE SAINT-VICTOR, SAINT ANTONIN, et de non moins nombreux exégètes.


Sur quoi appuient-ils leur sentiment ? Sur les trois textes suivants des Écritures :

a) Sur un passage de la fameuse prophétie de JACOB, où le patriarche mourant découvre l'avenir des douze tribus d'ISRAËL, représentées par ses douze fils. Arrivé à DAN, il s'écrie : «Que DAN devienne comme un serpent dans le chemin, et comme un, céraste dans le sentier, qui mord le pied du cheval, afin que celui qui le monte tombe à la renverse (21)». Le céraste ou le serpent à cornes est un reptile des plus dangereux. Il se cache dans le sable, et s'élance sur le cavalier et sur sa monture. De ces images peu favorables, les Pères susnommés ont conclu que l'Antéchrist appartiendrait à la tribu de DAN.

Réponse : Le sens de cette prophétie est que DAN suppléera par la ruse à ce qui lui manquera en force. La ruse n'est pas méprisée chez les Orientaux, au contraire, elle est aussi estimée que la bravoure. Ce caractère, qui joint à la force la finesse et la ruse, et au besoin supplée par la ruse à la force, paraît déjà dans l'expédition des Danites contre LAÏS
(JUGES XVIII, 28-29) ; mais c'est surtout dans SAMSON, originaire de la tribu de DAN, que cette prophétie a reçu une éclatante réalisation. On sait toutes les embûches que SAMSON dressa aux Philistins. Mais, dans ce texte, il n'y a aucun indice qui autorise à le rapporter à l'Antéchrist, bien que CORNÉLIUS LAPIERRE dise : «JACOB ad litteram hæc prædixit de SAMSONE, allegorice de Antichristo
 (22)
--------------------------------------------------------
b) Sur un texte de (JÉRÉMIE VIII, 16) : «Depuis DAN on entend le frémissement de ses coursiers ; tout le pays est ébranlé par les hennissements de ses chevaux de guerre : ils sont venus, et ils ont dévoré le pays et ce qu'il renferme, la ville et ses habitants.»

Réponse : Il s'agit de l'invasion chaldéenne. L'armée de NABUCHODONOSOR est arrivée à DAN, sur la frontière septentrionale de la PALESTINE. Déjà on entend les hennissements de ses chevaux. Et
NABUCHODONOSOR, qui a prêché en vain la pénitence, ajoute : «Ma douleur est au-dessus de toute douleur ; mon cœur est languissant au dedans de moi (23)». C'est donc NABUCHODONOSOR, suscité de DIEU pour être son vengeur, qui est annoncé comme arrivant de DAN, et non l'Antéchrist.
--------------------------------------------------------
c) Sur le silence que garde SAINT JEAN par rapport à DAN dans l'énumération qu'il fait des tribus d'Israël, au (chapitre VII de l'APOCALYPSE)


On en a tiré cette conclusion : Puisque toutes les tribus d'Israël, sauf celle de DAN, fournissent leur contingent à la JÉRUSALEM céleste décrite par SAINT JEAN dans ce chapitre, c'est sans doute en haine de l'Antéchrist que la tribu de DAN n'est pas nommée.

Réponse : Le silence de SAINT JEAN, s'il est réel, ne prouve rien, attendu que dans la plupart des énumérations bibliques il y a toujours quelque tribu omise. Ici, c'est LÉVI, (NOMBRES XIII) ; là, c'est SIMÉON, DEUTÉRONOME, XXIII. Du reste, il n'est pas certain que le silence de SAINT JEAN soit réel, et on peut penser avec D. CALMET que cet apôtre n'avait pas omis DAN. Un des premiers copistes, trompé par la similitude du Æ et du M aura lu Mav au lieu de Æav et aura écrit Man., abrégé de MANASSÉ, qui serait ensuite passé dans le texte. L'hypothèse est d'autant plus plausible que la présence de MANASSÉ dans l'énumération de l'APOCALYPSE n'a pas de raison d'être, puisque cette tribu n'est qu'une division de la TRIBU DE JOSEPH, dont le nom est mentionné en cet endroit.

Bien que les trois textes scripturaires allégués pour établir l'origine danite de l'Antéchrist ne soient pas probants, néanmoins il y aurait lieu de tenir compte de l'autorité des Pères qui s'autorisent de ces textes, s'ils les faisaient reposer sur une tradition. Or, tel n'est pas le cas en cette question. Non seulement ils ne mentionnent aucune tradition positive, mais plusieurs se servent d'expressions dubitatives telles que celles-ci : «On pense (existimatur) (24).... Moi je pense (ego arbitror) (25)... Quelques-uns rapportent (nonnuli ferunt) (26)... Il est rapporté (Fertur) (27)... Quelques-uns disent (Dicunt quidam )(28)... etc. À ces expressions qui dénotent des opinions personnelles plutôt qu'une tradition, si on ajoute la non unanimité des Pères, et aussi ce fait historique et indubitable que, depuis bientôt vingt siècles, toutes les tribus d'ISRAËL sont confondues dans un pêle-mêle inextricable et que les généalogies ont péri, on conviendra que l'opinion qui fait sortir l'Antéchrist de la tribu de DAN est bien discutable.

En résumé la nationalité juive de l'Antéchrist reste indécise. Elle n'est ni certaine, ni probable, mais seulement possible : rien de plus. L'événement seul tranchera la question.
.
.
DEUXIÈME CHOSE INDÉCISE : Le nom de l'Antéchrist.

SAINT JEAN l'a indiqué, mais d'une manière extrêmement mystérieuse en donnant seulement le chiffre de ce nom : «...Que personne ne puisse acheter ni vendre, s'il n'a la marque ou le nom de la Bête, ou le chiffre de son nom... Que celui qui a de l'intelligence calcule le nombre de la Bête ; car c'est un nombre d'homme, et son nombre est six cent soixante-six.» (APOCALYPSE XIII, 17-18.)

Chez les anciens, et notamment chez les Hébreux, les Grecs et les Latins, on se servait des lettres de l'alphabet en guise de chiffres. Chaque lettre avait ainsi sa valeur numérale. D'où le procédé suivant : En additionnant la valeur numérique des lettres employées dans tel passage, on obtenait un chiffre, et avec les lettres qui représentaient le total, on trouvait un nom. Le nombre de la Bête étant 666, on a donc entrepris de transformer les chiffres de ce nombre en lettres et d'en composer le nom mystérieux de l'Antéchrist. On l'a tenté en grec, en hébreu et en latin. Peine inutile ! Les résultats qu'on a obtenus différent trop, entre eux, pour qu'on puisse y voir rien de précis et de définitif.
.
Selon la valeur des lettres grecques, le nom de l'Antéchrist serait l'un des suivants :
https://lh3.googleusercontent.com/_3X3Y78BzZjPOUcSabejbYgqepVrYegpOouAmI4GgThBALjTwp5zE3x2J3w5Z6ul6vwpdU_TAIwLTAeUXClLqhv0JoviTZVaWPbJB3doDC-F15Vg8yYFU3lNs0fy9Igmq3SEC2sbQ1_uW-_4eo9HR_NuSRXZc5kxyIxESMAdamtP1wxU2NUpSZrv_XzQUTqn-k9O4sx4sToqrt8nmA_h19PX5rEBvihTakWnmZP9tE9SE6QHQQWZMTbEqW0ufdL-iPQhULSkMNu1cadI8TvRLcZUrOngksF3Yj4MpjnlHGMzJuIkOxuWirgiOMHP9R2PUiMZ2ONIlZxK5zovy0MwecqpCAIQykLt1nzkdly9yV1m3ipVgNiAiqTky6VKHPNz5RKPhqONjxF1oQIF0Og_w6rCme92ewq0vepGiZl0QJ3IaAJO8mspIBLAEaRFDKUNJ89mrcxnpFYw6SR05d7iU-3cRlSOQmtv_9hTKzW37Xx8zY5n1bF86LPMnHUIEmYoZ7_WhEY08n6pMYGL1E3FcmpD8gRrR3TDmwyiY6AuOplIpyopIMVtV0ec4daX9FAJUlcacg=w400-h340-no

Selon la valeur des lettres hébraïques, le nom de l'Antéchrist serait LATINUS (Latin) - NERO CÉSAR - ELION ADONAÏ JÉHOVAH HAKADOS (Altissimus Dominus JEHOVA sanctus (d'après MALVENDA) (29)
https://lh3.googleusercontent.com/P8bHVrkEOtWAQPML7QhVAiZYANu9-7jnTLx6XFZ92yXIIJ0A8xF-ova_Z8-wqBhNSpI2GCymjoLPmV9okdPi0a116KK8kNXfEFKViz2_IjrcoghU_WdIQwHqXbGpGRoItP11MYTJg8HT7q3nNbfj71NqMXu6tuO5BOvfyav-K-y6sW2Ssz-Gzo9rv0MP7145iJki3GfOuOKkBlAX-8lteWrVlERrqvtQDD3XZpyWXRw5C9p3r8t8OkuuOxci_dI_2VCQCSYWQYPlEqJXFJYvmrpPl6V4hAgo-ovoXRC86KxxxJe489gkYW_vMgxWR6AKnORNnCvwkxKM4ZwtgBcmagHSwXkfaGrCBv5ZgAvcTU9hOqUJF2nctz80rs2rvPT8W_Nkndele30tEmzL6AlV6TgnOmukiqYJoBTS-4253U04AM_AjLc3ceRixwM690g2BgAS6baxz8LCCISbsTeOrCUWLdKEsYkbD2oOAWThJNPzVW6buwH9vsR-lkXUKjawkr8Vn-5Nbgm__uqj34coJm2M4ZPO1xk8FACRebbmFC53M_lqrVqIQCrJQTouLfbUK2uI5A=w136-h397-no

Selon la valeur des lettres latines, le nom de l'Antéchrist serait : DIOCLÈS AUGUSTUS (DIOCLÉTIEN), proposé par BOSSUET - CAÏUS CÉSAR (CALIGULA), etc.

De ces divers exemples on peut conclure combien on s'est fatigué en vain pour découvrir le nom de l'homme de péché. Il demeure chose indécise. Au reste, «il est loin d'être sûr qu'il faille chercher un nom propre d'homme, avec ou sans titre de dignité, dans le chiffre 666. Nous sommes ici en face d'une énigme dont l'apôtre SAINT JEAN n'a peut-être jamais révélé le secret à Personne, puisque les commentateurs les plus anciens et SAINT IRÉNÉE lui-même, quoiqu'il eût connu des disciples de SAINT JEAN, n'en ont proposé l'explication qu'avec hésitation et incertitude. Il faudrait des pages entières pour énumérer seulement les personnages que l'on a cru découvrir dans ce nombre. Mais peut-être appartient-il à l'avenir seulement de nous révéler le mot de l'énigme, et quand le vrai Antéchrist aura paru, ce qui est si obscur aujourd'hui sera-t-il alors comme la lumière du jour (30)

On sait que dans la secte des FRANCS-MAÇONS les nombres jouent un grand rôle (31). Chaque grade y est caractérisé par un nombre spécial. Des noms ne le sont-ils pas aussi ? Qui sait ? Ce nombre 666 indique peut-être le numéro et le nom que l'Antéchrist portera parmi les sociétés secrètes qui ne manqueront pas de se presser à sa suite.



.

RECONSTRUCTION DU TEMPLE

TROISIÈME CHOSE INDÉCISE : Le siège de l'empire de l'Antéchrist.
Encore deux opinions :
1° La première se présente avec SAINT IRÉNÉE qui s'exprime ainsi :

«L'Antéchrist, au temps de son règne, transférera le siège de son empire dans la JÉRUSALEM terrestre (32)». 

À la suite de SAINT IRÉNÉE figurent :
.
SAINT HIPPOLYTE, SULPICE SÉVÈRE, ANDRÉAS évêque de CÉSARÉE, ARÉTAS, RABANUS, SANDÉRUS, BELLARMIN, BÉCAN, VIEGAS, LESSIUS, FERRERIUS, CORN. A LAPIDE et aussi le docte SUAREZ dont voici les paroles : «Il est à croire que le règne de l'Antéchrist s'établira surtout chez les Juifs, et qu'il restaurera la cité de leurs pères dont ils se sont toujours glorifiés ainsi que de son temple (33)
.
Les partisans de cette opinion se fondent :

a) Sur un texte de l'APOCALYPSE qui dit que les deux témoins de DIEU, ÉNOCH et ÉLIE, adversaires de l'Antéchrist, seront mis à mort dans la grande ville où leur Seigneur a été crucifié (34). Ces mots caractérisant JÉRUSALEM, on en conclut que si les deux témoins sont mis à mort dans cette ville, c'est que l'Antéchrist y aura le siège de son empire.

b) Cette opinion se fonde encore sur des raisons de convenance.
.
Comme ç'a été en JUDÉE et plus spécialement à JÉRUSALEM que le CHRIST, durant sa vie terrestre, a établi le siège de son empire spirituel ; comme c'est là qu'il est né, qu'il a vécu, prêché, opéré ses miracles, établi l'Évangile ; qu'il y a été crucifié, qu'il y est mort, ressuscité, monté au ciel ; qu'il y a enfanté l'Église ; en un mot, qu'il y a accompli toute l'économie divine préordonnée de toute éternité en vue du salut du genre humain : pour tous ces motifs l'Antéchrist, inspiré par Satan, reviendra, afin de réaliser pleinement sa mission infernale d'adversaire du CHRIST, sur toutes les étapes de la vie du Sauveur, pour les combattre, les effacer, les détruire. Dans ce but, c'est à JÉRUSALEM qu'il fixerait aussi le siège de son empire diabolique.

De plus, si l'Antéchrist agissait autrement, pourrait-il se faire accepter comme MESSIE par les Juifs, qui rêvent une gloire terrestre pour JÉRUSALEM et s'imaginent que cette ville deviendra, dans l'avenir, le siège de l'empire messianique ? Cette dernière raison semble se fortifier, de nos jours, par l'apparition du SIONISME. En voici le programme : «Les temps ne sont-ils pas venus de reconstituer cette nationalité juive pour laquelle, du fond de ses synagogues et de ses ghettos, ISRAËL n'a pas cessé de soupirer ?» Une vaste association s'est donc formée entre les Juifs croyants du monde entier, en vue de récupérer la PALESTINE et JÉRUSALEM. Sept congrès se sont déjà tenus à BÂLE pour en trouver les moyens. Le dernier, du 27 au 30 juillet 1905, a été particulièrement intéressant au point de vue qui nous occupe. S. M. le SULTAN DE CONSTANTINOPLE ne se montrant point favorable aux désirs des Sionistes, l'ANGLETERRE avait gracieusement offert un vaste terrain dans l'OUGANDA, à l'est de l'AFRIQUE CENTRALE, pour y essayer la formation d'un ÉTAT JUIF autonome. Le Congrès, composé de plus de huit cents délégués du Judaïsme mondial, a adopté, à une forte majorité, la résolution suivante : «Le Congrès maintient fermement les principes de son programme tendant à établir une patrie pour le peuple juif en PALESTINE. Il refuse toute colonisation hors de la PALESTINE ou des pays voisins.

«Le Congrès vote des remerciements au gouvernement anglais pour son offre d'un territoire en AFRIQUE ORIENTALE (35)

Serait-ce un acheminement à l'établissement du siège de l'Antéchrist à
JÉRUSALEM, grâce au concours futur des Juifs ?
.
2° La deuxième opinion désigne la ROME des Papes comme siège de cet empire, et voici ses arguments :

Reprenant d'abord le texte de SAINT JEAN touchant la mort des deux témoins (36) ÉNOCH et ÉLIE, elle fait remarquer, et avec raison, qu'il n'est pas concluant. Il se pourrait, en effet, que ces deux témoins fussent mis à mort dans JÉRUSALEM par ordre de l'Antéchrist, sans que celui-ci y ait alors le siège de son empire, et même sans qu'il y soit résidant.

https://lh3.googleusercontent.com/DIruBuATz7Wz9p0je7T0ijd7K9uML4MHklYiZuV4pkCrT6uSeuR2_Si3xm9S7U5uOK-gCMozHli2GGQV6wgTUFFzW-VmQTSM1tecYmhItuiI_gQKN_vZzATPERarM1frxllfawz5Qps3osJFKpZFyhd_ysysBXR_AJA3RwOFJa8vQDESgzC-FswaSDxDPx17wFK1Q2--4st1sGfOh6gJWnL2G_9coyVQgXztYzK17yHy1s0-CxSqOz6MnssAe6NV76VjD_8LRyCXHOoCRgoEihU0txFfxSp9l5btLHoKhUxLF9tApYVR6nk9ydyNMwTjoCJm1diMs-8tCjZH6QmmODneAEWR9eCxOu6byTwltrpM-obBRaDNN1EZgHFOKNAcstcmAJjoKR5X7-LHSNwjfdYN1hHcyDQrFaP0jFe_VVww0iy4rgHLgIznLqdNzm8EjEuxG4hctwZZBVg7Nic1Es7ri1z67BYJVuYoXfMPZbgoaUtKLVMLENmhqWVBz2YdgxM3Lh20CZBB-09VixLAsBYd4hBiSmUyBzt_5HGUm3AzoYTlmABkloEHE4ysNSAlEhCrgg=w170-h139-no
ROME, au contraire, ne semble-t-elle pas indiquée ? C'est là que, pour mieux faire opposition au vrai CHRIST, l'Antéchrist établirait le siège de sa puissance. Il siégerait à ROME redevenue païenne, selon une ancienne tradition (37), et, se posant en face du chef de l'Église, il ressusciterait l'empire romain ou latin. Il semble que ceux qui préparent le règne de l'Antéchrist, aient conçu et adopté ce plan. C'est contre ROME, en effet, que se coalisent, depuis des années, les efforts de toutes les SECTES MAÇONNIQUES. ROME redevenue païenne, ce serait l'étape préparatoire à la royauté romaine de l'Antéchrist. Une grave allocution de LÉON XIII donne à réfléchir. C'est dans le Consistoire du 30 juin 1889 qu'elle a été prononcée :

«Il est douloureux à constater que dans cette auguste Ville où DIEU a établi le domicile de son Vicaire retentisse l'éloge de la raison humaine en révolte contre DIEU, et que là où le monde entier a été instruit à demander les purs principes de l'Évangile et les conseils du salut, aujourd'hui, par l'effet d'un bouleversement criminel, des erreurs coupables et l'hérésie elle-même soient impunément consacrées par des statues. Les événements nous ont conduits à ce point que nous voyons l'abomination de la désolation dans le lieu saint... C'est à un homme impie et perdu de mœurs qu'on élève un monument
(38). Cette ville de ROME, qu'on affirmait devoir être toujours le siège glorieux et assuré des Pontifes Romains, on veut en faire la tête d'une impiété nouvelle en y fondant le culte absurde et insolent de la raison humaine portée comme à un faite divin.»
https://lh3.googleusercontent.com/ddEfmSwAB7-5DGw67TMd_RpApeqApPGg_0ZhdZ4yGOcwWu6hI-0IYLa0PWvA1gHNemZvq5uDamq-jWWNxNTIgKYEEci_6vXx4QBxEXZx5zu5I1IxBwW8o8YSr4hYEmyefJW6WHEgnprkN6s6BGtM0mIIdvn-oDkw8ZAVz0E8DkR_40AO97pC7LgW5bmpPndDzUWbMiycNOgECrtGK1CLOkHt0JDu4VT6S2XDxq2KB79wWeVKpCj0Nxnvdg-cAI4gMDuMYiNJlEQNMisiemZYmmCGGZRg7GsjnbOFxof8DN1F_jzj0m8UEHo38T4fHb_L3YBBQV9kiCkax9UWYRupjtLiPSvtP-69vMEyJ6kuVbNeW8Sjk0vt2UjyiHH6avbWe4PhxEJu4gWn97dY2kmjl5v7ANnOxpabVONy4LrLdHvOWNmVZzlAPIPjrFmn-0QPMAdkl5efKEqm54ZILEi36eCajG1cOT3n3Zms_GfOkVynNbPJIqm107yKyUz7dm0Ne8aY_G5WMSSaH_Eg31uKlf82hFgGfVXCx5N6eMvttq3eQrSx0axFgESqVMa_ITXqPzDAsg=w165-h203-no
La douleur que LÉON XIII épanchait de la sorte au sein du Sacré-Collège, il l'exprimait quelques années plus tard, le 8 décembre 1892, au peuple italien tout entier :

«Peut-on voir sans pleurer la partie la plus privilégiée du troupeau de notre adorable Rédempteur, un peuple toujours demeuré fidèle pendant dix-neuf siècles, exposé aujourd'hui à toute heure au péril imminent de l'apostasie et entraîné dans la voie des erreurs et des vices, des misères matérielles et des abjections morales ?... Mais d'où vient-elle cette guerre ? Elle sort surtout de cette
SECTE MAÇONNIQUE dont Nous vous avons entretenus au long dans l'Encyclique HUMANUM GENUS, du 20 avril 1884, et plus récemment, le 15 octobre 1890, en Nous adressant aux évêques, au clergé et au peuple d'ITALIE. Par ces deux lettres, Nous avons arraché le masque dont la MAÇONNERIE se couvrait aux yeux du peuple, et Nous l'avons dévoilée dans sa hideuse difformité, dans son action ténébreuse et funeste... Grâce aux complots, à la corruption et à la violence, elle est parvenue à dominer l'ITALIE et ROME elle-même...(39)
Dans l'Encyclique HUMANUM GENUS, rappelée par l'auguste Pontife et l'une des premières de son Pontificat se trouvait déjà cet avertissement solennel :


«Dans l'espace d'un siècle et demi, la secte des FRANCS-MAÇONS a fait d'incroyables progrès. Employant à la fois l'audace et la ruse, elle a envahi tous les rangs de la hiérarchie sociale et commence à prendre, au sein des États modernes, une puissance qui équivaut presque à la souveraineté... À l'égard du Siège Apostolique et du Pontife romain, l'inimitié de ces sectaires a redoublé d'intensité. Après avoir, sous de faux prétextes, dépouillé le Pape de sa souveraineté temporelle, nécessaire garantie de sa liberté et de ses droits, ils l'ont réduit à une situation tout à la fois inique et intolérable, jusqu'à ce qu'enfin, en ces derniers temps, les fauteurs de ces sectes en soient arrivés au point qui était depuis longtemps le but de leurs secrets desseins : à savoir que le moment est venu de supprimer la puissance sacrée des Pontifes romains et de détruire entièrement cette Papauté qui est d'institution divine...(40)

Aux deux opinions exposées, l'événement accompli donnera une solution péremptoire. Jusqu'à cette époque, elle demeure indécise. Si JÉRUSALEM devient le siège de l'empire de l'Antéchrist, ses principaux fauteurs auront été les Juifs ; si c'est ROME, ce seront les FRANCS-MAÇONS.
.
.
QUATRIÈME CHOSE INDÉCISE : Le temple où l'Antéchrist se fera adorer
.
SAINT PAUL a dit : «L'adversaire qui s'élève au-dessus de tout ce qui est appelé DIEU, ou qui est adoré, jusqu'à s'asseoir dans le temple de DIEU, se faisant lui-même passer pour DIEU» (II THESSALONICIENS II, 4.)
.
Quel sera le temple témoin de cette abomination ?

a) Une première opinion désigne le temple de JÉRUSALEM qui serait en partie ou en totalité relevé de ses ruines par l'Antéchrist, et où il se ferait rendre les honneurs divins. Elle est adoptée par SAINT IRÉNÉE, SAINT HIPPOLYTE, SAINT CYRILLE DE JÉRUSALEM, SAINT DAMASCÈNE, SEVER, SULPICIUS et un certain nombre d'exégètes tant anciens que modernes. C'est selon son sens propre et littéral qu'il faut, disent-ils, prendre le mot temple. Car, au temps de SAINT PAUL, auteur de cette ÉPÎTRE AUX THESSALONICIENS, c'était le temple de JÉRUSALEM qui portait le nom de Temple par antonomase ; on le désignait simplement par ce nom, comme cela ressort de SAINT LUC (ACTES III et V) et d'autres textes. Alors il n'existait pas encore de temples chrétiens, et seul le TEMPLE DE JÉRUSALEM était appelé Temple de DIEU. Il est donc plus vraisemblable, dit SUAREZ, que c'est de lui qu'a parlé SAINT PAUL, (41).

b) À l'encontre de ce sentiment, une seconde opinion répond qu'il n'est point démontré que SAINT PAUL, en prédisant que l'Antéchrist s'assiéra dans le TEMPLE DE DIEU, ait eu en vue celui de JÉRUSALEM. En effet, SAINT JÉRÔME, expliquant les paroles de l'Apôtre, dit : «Il s'assiéra dans le TEMPLE DE DIEU, c'est-à-dire ou dans JÉRUSALEM, comme quelques-uns le pensent, ou dans l'Église, ce qui nous paraît plus vrai (42)SAINT CHRYSOSTOME dit aussi : «Non dans le TEMPLE DEJÉRUSALEM, mais dans le TEMPLE DE l'ÉGLISE (43).» Mais comment l'Antéchrist s'assiérait-il dans le TEMPLE DE l'ÉGLISE ? THÉODORET l'explique : «Ce que l'Apôtre appelle le TEMPLE DE DIEU, ce sont les églises dans lesquelles cet impie prendra le premier rang, la première place, s'efforçant de se faire reconnaître pour DIEU (44).» THÉOPHYLACTE l'explique encore plus clairement : « Non pas dans le TEMPLE DEJÉRUSALEM, mais simplement dans les églises, dans tout TEMPLE consacré à DIEU (45).» C'est aussi le sentiment de SAINT HILAIRE, DE CAJETAN, VILLALPAND, ESTIUS, etc.

Devant ce partage d'opinions, SAINT AUGUSTIN a jugé la question indécise : « Quel est le TEMPLE DE DIEU où l'Antéchrist doit s'asseoir ? Sera-ce sur les ruines du TEMPLE que SALOMON avait fait bâtir ? Sera-ce dans l'Église de DIEU ? Cela est incertain (46)». Il faut se mettre à la suite de l'évêque d'HIPPONE et convenir que cette question, comme celle relative au siège de l'empire de l'Antéchrist, reste indécise.
.
https://lh3.googleusercontent.com/-_SCibxqD4Her0Dfx-MhQs48t9ojnEvGiecBhuIQ_fpqLHZU0sQqqh07sn7SWibFwVUd6inNnehX1wENwD85U-uRbacLLzZxDzfPJkdt045PoIY9oRt14Rh8od4AoVA57b6FW85MMTqBYNNQWNUwgSYHLG7bIrIOnuLFGrRLIQino4ONG7sOAmp8WxnUCM5ZGdq3CArdSf-NfRulfsj1uPhsnd6hknUtR7jZErxmQmF4vmJ7rggWqtVsyPrDIwqWTHm9NVta6X_EuUpPkS1pOzuro-97RniGPVSnKxJCa9SsLcrLZlotfrnbHe4SBJMtG79OJlDN-W-uTZCPbcAYTLQL0og2-5wdQVw9kE3JROxy_4JJEFlkyMGgF9_kqov_lx3vYUwvJArdsHgVenw-OEGPYUw1qnaVyS9gwFNkmdu_EIKJCbhbNG0ByY3ZQZVZkogb4QMkueco2LA7n5JASkr8FdkGGS_qn5NvKbxbkqXhb8QjahQ4zwvoTX1zDmO2XHso4yHJxe6kXvs2otvtbJuC7393yRiRqbDF2KOmnHqoUsg7cmt7gkO-wGytkNLoQSOAPA=w140-h16-nohttps://lh3.googleusercontent.com/-_SCibxqD4Her0Dfx-MhQs48t9ojnEvGiecBhuIQ_fpqLHZU0sQqqh07sn7SWibFwVUd6inNnehX1wENwD85U-uRbacLLzZxDzfPJkdt045PoIY9oRt14Rh8od4AoVA57b6FW85MMTqBYNNQWNUwgSYHLG7bIrIOnuLFGrRLIQino4ONG7sOAmp8WxnUCM5ZGdq3CArdSf-NfRulfsj1uPhsnd6hknUtR7jZErxmQmF4vmJ7rggWqtVsyPrDIwqWTHm9NVta6X_EuUpPkS1pOzuro-97RniGPVSnKxJCa9SsLcrLZlotfrnbHe4SBJMtG79OJlDN-W-uTZCPbcAYTLQL0og2-5wdQVw9kE3JROxy_4JJEFlkyMGgF9_kqov_lx3vYUwvJArdsHgVenw-OEGPYUw1qnaVyS9gwFNkmdu_EIKJCbhbNG0ByY3ZQZVZkogb4QMkueco2LA7n5JASkr8FdkGGS_qn5NvKbxbkqXhb8QjahQ4zwvoTX1zDmO2XHso4yHJxe6kXvs2otvtbJuC7393yRiRqbDF2KOmnHqoUsg7cmt7gkO-wGytkNLoQSOAPA=w140-h16-no
.
.
.
IV - CHOSES FANTAISISTES
..
Plusieurs Pères et plusieurs exégètes, entraînés par leurs études, ont tenté de pénétrer plus avant et jusque dans l'intime de la vie de l'Antéchrist. Nous ne rejetons pas a priori les opinions qu'ils ont émises et nous gardons bien de les taxer de faussetés. Mais comme ces opinions n'ont pour base ni des textes évidents de l'Écriture, ni la Tradition patristique, nous les rangeons sous la rubrique de fantaisistes, n'attachant d'ailleurs à cette expression rien de blâmable ni d'irrespectueux, et seulement le sens d'opinions libres et peu fondées. L'événement pourra seul leur faire attribuer la note qui leur convient. Mais s'il advient qu'un démenti leur soit donné, il ne faudra pas oublier que fréquemment les Pères et les exégètes n'émettent que des opinions personnelles, sans avoir le moins du monde la prétention de trancher les questions. 
In dubiis libertas, a dit SAINT AUGUSTIN ; et c'est pourquoi les Pères et les exégètes en question ont droit qu'on respecte leur sentiment jusqu'à preuve historique du contraire ; et si l'événement oblige, dans l'avenir, à l'abandonner, que ce soit toujours en sauvegardant l'honneur des personnes et leur autorité.

Ce principe de loyale et respectueuse exégèse établi, on peut se demander ce qui a déterminé et tracé pour plusieurs cette voie de fantaisie. La réponse ressort elle-même de leurs pages : ce sont les attraits du figurisme :

On sait que l'Église a toujours enseigné l'existence d'un sens figuré dans la sainte Écriture, et cette existence repose sur l'affirmation de la parole de DIEU elle-même : Ces choses leur arrivaient en figure, dit SAINT PAUL, rappelant plusieurs traits du séjour des Israélites dans le désert (47). Notre-Seigneur lui-même a établi l'existence du sens figuré en nous montrant dans JONAS, enseveli pendant trois jours dans le ventre d'un poisson, l'image allégorique de son séjour au tombeau (48). Mais si certains passages de l'Écriture présentent un sens figuré en sus du sens littéral, il y a un danger à éviter, qui consiste soit à rechercher ce sens figuré dans chaque passage de l'Écriture, soit à le multiplier outre mesure. On tombe alors dans l'erreur du figurisme.


Mais comment l'Antéchrist a-t-il pu devenir le point de mire d'études figuristes et occasionner les choses fantaisistes qui vont être énumérées ?

Voici comment :
Il y a dans le livre de DANIEL un chapitre, le XIè, tout particulièrement consacré à ANTIOCHUS ÉPIPHANE et à ses gestes (du vers. 21 au vers. 45). Son nom n'est point mentionné ; il est uniquement désigné par l'appellation de ROI DU NORD ou de l'AQUILON. La plupart des interprètes, anciens et modernes, n'ont pas hésité à le reconnaître, tant les événements, décrits d'avance, se rapportent exactement à son règne. Il y a plus : on admet encore généralement qu'ANTIOCHUS est la figure de l'Antéchrist. Mais là commencent les divergences et aussi l'occasion des abus.

Selon quelques-uns, le morceau entier (vers. 2l-45) ne se rapporterait qu'à l'Antéchrist.
Selon d'autres (surtout au temps de SAINT JÉRÔME), il se rapporterait littéralement à ANTIOCHUS ; au figuré, à l'Antéchrist.

D'autres pensent qu'il n'est question de l'Antéchrist qu'à partir du verset 36.

D'autres enfin que certains traits seulement lui sont consacrés.

Ce sont les partisans des trois premières opinions, notamment des deux premières, qui ont peut-être exagéré les rapports entre ANTIOCHUS et l'Antéchrist. En quoi les auraient-ils exagérés ? En ce qu'ils se sont emparés de chaque verset de cette page biblique pour en composer, comme s'ils étaient des documents historiques, une vie anticipée et détaillée de l'Antéchrist. Assurément ANTIOCHUS ÉPIPHANE doit être considéré comme le type le plus complet, le plus achevé, de l'Antéchrist. Nous-même, en cet écrit, avons plus d'une fois signalé les rapports existants entre ces deux adversaires du vrai DIEU. Mais ces rapports doivent être établis avec modération. Il ne faut pas perdre de vue cette vérité essentielle, à savoir que les personnages devenus, par une permission divine, des types de l'avenir, forma futuri  (49), ne le sont point ordinairement dans la totalité de leur vie, c'est-à-dire dans chacun de leurs actes. Nous n'entendons point assurément limiter l'action de l'ESPRIT-SAINT, mais constater un fait général. C'est seulement par tels ou tels traits de leur existence que les personnages figuratifs ont annoncé l'avenir. Par rapport au vrai CHRIST, MELCHISÉDEC ne l'a figuré que dans son double caractère de Roi et de Pontife ; ISAAC, dans sa patience et son sacrifice ; JACOB, dans sa vie voyagère et ses rudes labeurs ; JOSEPH, dans les persécutions que lui firent subir ses frères et dans son élévation. Or il en est de même de la personne et de la vie de l'Antéchrist. Elles n'ont été figurées que sous tel ou tel aspect par divers personnages, NÉRON, GALÈRE, JULIEN L'APOSTAT, MAHOMET, ANTIOCHUS ÉPIPHANE, jamais en totalité. Ce serait donc par un abus du sens figuratif qu'on a cru pouvoir tracer d'avance la vie de l'Antéchrist en la calquant sur celle d'ANTIOCHUS, d'après tous les versets et tous les détails du chapitre XI de DANIEL. S'il y a eu excès, les auteurs engagés dans cette voie l'auraient évité, en éclairant leur marche de cette règle spéciale du sens mystique : «Il ne faut jamais attribuer à l'Écriture un sens mystique qui ne soit confirmé par quelque autre passage de l'Écriture entendu dans un sens littéral, autrement on attribuerait aux Livres saints une doctrine qu'ils n'enseignent point (50)
C'est en dehors de cette règle qu'il a donc été annoncé, peut-être avec danger d'erreur :

a) Que l'Antéchrist naîtra à BABYLONE
SAINT JÉRÔME), (51), ANDRÉ DE CÉSARÉE, ARÉTAS, BÈDE, HAIMO, RABBANUS, STRABUS, SAINT ANSELME, RUPERT, PETRUS COMESTOR, LUDOLPHE LE CHARTREUX, SAINT ANTONIN, J. GERSON), - en SYRIE (LACTANTIUS FIRMIANUS) ; - en ÉGYPTE (ANASTASIUS SINAÏTA).

b) Qu'il sera le fruit d'un commerce illicite (SAINT HIPPOLYTE, SAINT
ÉPHREM, SAINT DAMASCÈNE, DOM. SOTO).

c)Que son éducation s'accomplira à BETHZAÏDE et à COROZAIM, villes maudites par J
ÉSUS-CHRIST (RABBANUS, SAINT ANSELME, SAINT ANTONIN).


d) Que ses éducateurs seront des magiciens qui, dès son enfance, le pénétreront de leurs principes, et l'instruiront dans les sciences occultes (SAINT CYRILLE DE JÉRUSALEM, RABBANUS, VIGUERIUS, LYRANUS).

e) Qu'il saura par cœur toute l'Écriture et connaîtra tous les arts (SAINT ANSELME).

f)
Que bien que son Ange gardien ne lui soit pas ôté, cependant il ne pourra exercer aucun acte efficace à son égard, à cause de son obstination et de l'influence des démons sur lui (SAINT ANTONIN, BENED. JUSTINIANUS).

g) Que les débuts de son règne et de sa puissance se feront à Babylone (SAINT J
ÉRÔME, ANDRÉ DE CÉSARÉE, ARÉTAS), - à CAPHARNAÜM et COROZAÏM (SAINT ANTONIN).

h) Que dix rois se coaliseront contre lui, mais qu'en ayant vaincu trois, le roi d'ÉGYPTE, le roi d'AFRIQUE et le roi d'ÉTHIOPIE, les sept autres se soumettront. Qu'il éprouvera une défaite navale de la part de certains peuples les occidentaux, mais qu'il ne tardera pas à réparer cet échec passager ; qu'ayant triomphé de tous ses ennemis, il deviendra maître de la terre entière (SAINT HIPPOLYTE, SAINT IR
ÉNÉE, SAINT CYRILLE, SAINT JÉRÔME, THÉODORET, SAINT ÉPHREM, LACTANCE, V. BÈDE, SAINT ANSELME, etc.).

i) Qu'il parviendra à cette domination non seulement par les armes, mais par la ruse et aussi par l'appât des biens temporels. Que les démons lui découvriront tout l'argent caché, toutes les mines précieuses, en sorte qu'il possédera en abondance l'or et l'argent et s'en servira pour séduire (
SAINT ANSELME, PETR. COMESTOR).

j) Qu'il opérera avec l'aide du démon tous les miracles de JESUS-CHRIST : guérissant les lépreux, les aveugles, faisant marcher les paralytiques, ressuscitant même les morts (
SAINT HIPPOLYTE, SAINT ÉPHREM, LACTANCE, SAINT ANSELME, etc.).

k) Qu'ayant jeté bas le masque de l'hypocrisie, il aura des mœurs épouvantables, s'adonnant aux turpitudes de la passion des femmes (
SAINT JÉRÔME).

l) Ajoutons que ses palais eux-mêmes, sa cour, ses vêtements, ses objets précieux, ses parfums, ses repas n'ont pas échappé à une description minutieuse (MALVENDA).

m) Qu'enfin il sera frappé et exterminé à Apadno, sur la montagne des Oliviers, alors qu'il tentera de s'élever dans le ciel, à l'exemple du Sauveur. (
SAINT JÉRÔME, SAINT JÉRÔME, SAINT AMBROISE, LYRANUS).

Cet ensemble de détails ne constitue-t-il pas comme une vie de l'Antéchrist vécue d'avance ? Doit-on les mépriser et les écarter comme inventions fausses et imaginaires ? Non, car dans le domaine du mal tout est possible, Satan devant être l'auxiliaire de l'Antéchrist. Mais des points d'interrogation doivent cependant être placés à la suite de chacun d'eux. Tous ces détails, en effet, ne sauraient être admis ni comme certains, ni comme probables, ni même comme indécis, l'indécision supposant, elle aussi, un point de repère.

Or, ni les uns ni les autres de ces détails ne se trouvent confirmés par des textes précis de l'Écriture entendus dans leur sens littéral, pas plus qu'ils ne reposent sur une indéniable tradition.

Cette tradition fait défaut, puisque, des choses avancées, les unes ne sont émises que par des Pères isolés, les autres par des Pères en plus grand nombre sans doute, mais dont le chiffre ne suffit pas à constituer le consentement unanime, base d'une tradition indiscutable. Les dires de ces Pères ne sont que des opinions personnelles, dignes d'attention et de respect, mais en dehors des anneaux formant la chaîne traditionnelle.

De plus, point de textes scripturaires évidents. C'est principalement sur le chapitre XI de DANIEL, entendu selon le sens figuré ou mystique, que ces opinions reposent. Mais, pour présenter de la valeur, elles devraient avoir également l'appui de quelque autre passage de l'Écriture entendu dans son sens littéral. Or, cet appui, c'est en vain qu'on le cherche pour elles. Aucun des trois portraits de l'Antéchrist, contenus aux chapitres VII de DANIEL, XIII de l'APOCALYPSE, II de la IIè ÉPÎTRE AUX THESSALONICIENS, étudiés dans leur sens littéral, ne confirme ces diverses allégations relatives à la vie de l'Antéchrist. Encore une fois, nous ne les rejetons point, pas plus que nous ne les admettons. Plusieurs d'entre elles peuvent être vraies, comme elles peuvent être fausses. Jusqu'à ce que l'avenir en décide, elles ne doivent être regardées et acceptées que comme des fantaisies, des suppositions.
.
Mais en voilà assez de cet horizon noir, tout rempli de l'homme du péché, de celui que SAINT IRÉNÉE a appelé «le résumé de l'universelle iniquité (52)». Portons nos regards d'un autre côté, là où des vaillances entourées de lumière se dessinent. Ce sont les champions des Vérités chrétiennes qui vont apparaître. Ils auront la mission de combattre, contre l'Antéchrist, les combats du Seigneur.

.
https://lh3.googleusercontent.com/-_SCibxqD4Her0Dfx-MhQs48t9ojnEvGiecBhuIQ_fpqLHZU0sQqqh07sn7SWibFwVUd6inNnehX1wENwD85U-uRbacLLzZxDzfPJkdt045PoIY9oRt14Rh8od4AoVA57b6FW85MMTqBYNNQWNUwgSYHLG7bIrIOnuLFGrRLIQino4ONG7sOAmp8WxnUCM5ZGdq3CArdSf-NfRulfsj1uPhsnd6hknUtR7jZErxmQmF4vmJ7rggWqtVsyPrDIwqWTHm9NVta6X_EuUpPkS1pOzuro-97RniGPVSnKxJCa9SsLcrLZlotfrnbHe4SBJMtG79OJlDN-W-uTZCPbcAYTLQL0og2-5wdQVw9kE3JROxy_4JJEFlkyMGgF9_kqov_lx3vYUwvJArdsHgVenw-OEGPYUw1qnaVyS9gwFNkmdu_EIKJCbhbNG0ByY3ZQZVZkogb4QMkueco2LA7n5JASkr8FdkGGS_qn5NvKbxbkqXhb8QjahQ4zwvoTX1zDmO2XHso4yHJxe6kXvs2otvtbJuC7393yRiRqbDF2KOmnHqoUsg7cmt7gkO-wGytkNLoQSOAPA=w140-h16-nohttps://lh3.googleusercontent.com/-_SCibxqD4Her0Dfx-MhQs48t9ojnEvGiecBhuIQ_fpqLHZU0sQqqh07sn7SWibFwVUd6inNnehX1wENwD85U-uRbacLLzZxDzfPJkdt045PoIY9oRt14Rh8od4AoVA57b6FW85MMTqBYNNQWNUwgSYHLG7bIrIOnuLFGrRLIQino4ONG7sOAmp8WxnUCM5ZGdq3CArdSf-NfRulfsj1uPhsnd6hknUtR7jZErxmQmF4vmJ7rggWqtVsyPrDIwqWTHm9NVta6X_EuUpPkS1pOzuro-97RniGPVSnKxJCa9SsLcrLZlotfrnbHe4SBJMtG79OJlDN-W-uTZCPbcAYTLQL0og2-5wdQVw9kE3JROxy_4JJEFlkyMGgF9_kqov_lx3vYUwvJArdsHgVenw-OEGPYUw1qnaVyS9gwFNkmdu_EIKJCbhbNG0ByY3ZQZVZkogb4QMkueco2LA7n5JASkr8FdkGGS_qn5NvKbxbkqXhb8QjahQ4zwvoTX1zDmO2XHso4yHJxe6kXvs2otvtbJuC7393yRiRqbDF2KOmnHqoUsg7cmt7gkO-wGytkNLoQSOAPA=w140-h16-no
.
(1) HIERON, Epist. 151, ad Algasiam, quest. II. - Comm. in DANIEL, II, 24 ; - in ABDIAM XVIII ; - in ZACHARIE II, 17.
(2) CHRYSOSTOME Homil. XI, in Joannem.
(3) AMBROISE in Psalm., XLIII.
(4) ÉPHREM Serm. de Antichr.
(5) GR
ÉGOIRE Magn ; in I Regum, II.
(6) JEAN DAMASC
ÈNE De fide orthodoxa, lib. IV, cap. XXVII.
(7) HIPPOLYTE Oratio de consummat. mundi.
(8) SAINT JEAN V, 43.

(9) Enumérons certains de ces faux CHRISTS : - THEUDAS en PALESTINE, l'an 45. - SIMON LE MAGICIEN en PALESTINE, an 34-37. - MÉNANDRE même époque. - DOSITÉE en PALESTINE, an 50-60. - BAR-KOCHBAS en PALESTINE, an 138. - MOÏSE dans l'ile de CRÈTE, an 434. - JULIEN en PALESTINE an 530. - Un Syrien sous le règne de LÉON L'ISAURIEN, an 721. - SÉRÉNUS en Espagne, an 724. -Un autre en FRANCE an 1137. - Un autre en PERSE, an 1138. - Un autre à CORDOUE an 1157. - Un autre à FEZ an 1167. - Un autre en ARABIE an 1167. - Un autre en BABYLONIE, an 1168. - Un autre en PERSE an 1174. - DAVID ALMUSSER en MORAVIE an 1176. - Un autre, an 1280. -DAVID ELDAVID en PERSE an 1200. - ISMAËL-SOPHI en MÉSOPOTAMIE an 1497. - Le rabbin LEMLER en AUTRICHE an 1500. - Un autre en ESPAGNE an 1534. - Un autre dans les INDES-ORIENTALES, an 1615. - Un autre en HOLLANDE an 1624. - ZABATHAÏ TZEVI en TURQUIE an 1666.
(10) SAINT THOMAS, Opusc. de Antichristo, Sect. I, §. Dico tertio. - SUAREZ, De Antichristo, Sect., I, n° 7.
(11) «Ces expressions : un temps, des temps et la moitié d'un temps, signifient un an et deux ans et la moitié d'un an ; et par conséquent trois ans et six mois.., et, dans un autre passage des Écritures, le nombre des mois le déclare.» (SAINT AUGUSTIN Cité de DIEU liv. XX, n°23.)
- La persécution d'ANTIOCHUS a duré également trois ans et demi.

«Antichristi suprema potestas ac monarchia tantum par tres annos et dimidium durabit. Loquor autem de monarchia et suprema potestate, quia, ut dicitur, data est illi potestas in omnem tribum, et populum, et linguam et gentem. Quantum vero temporis in augenda stabiliendaque monarchia ponere debeat, non mihi constat ; quia neque ex prœdictis locis satis colligitur, neque videtur admodum verisimile, brevi tempore trium annorum cum dimidio haec omnia esse perfecturum. Illud ergo solum est certum, ad summum permansurum in throno suo tribus annis cum dimidio, statimque et ipsum interficiendum, et regnum ejus evertendum» (SUAREZ De Antichr., sect. II, n°3)
(12) FILLION La Sainte Bible commentée : DANIEL ch. VII, V. 23-27.
(13) BOSSUET, APOCALYPSE, préface, § 13.  
(14) THÉODORET oratio 7 in Danielem.  
(15) HIÉRONYME In DANIEL XI, 21. 
(16) FILLION La sainte Bible commentée. 
(17) HIPPOLYTE De consummatione mundi.  
(18) MALVENDA De Antichristo, liv. III, ch. V. «Cùm exploratum sit Antichristum Judæis pro vero Messia recipiendum, quis nescit Judœos nullum unquam pro Messia habituros, cujus originem non habeant compertam Judaici sanguinis esse» 
(19) Procès-verbaux du GRAND SANHÉDRIN  
(20) Arch. ISRAËL, ann. 1847, p. 801.  
(21) GENÈSE XLIX, 17 
(22) CORN. A LAPIDE, GENÈSE XLIX.  
(23) JÉRÉMIE VIII, 18 
(24) SAINT AUGUSTIN  
(25) THÉODORET  
(26) SAINT GRÉGOIRE LE GRAND Rupert.  
(27) ANDRÉ DE CÉSARÉE  
(28) BÈDE Alcuin.  
(29) MALVENDA De Antichristo, lib. IX.  
(30) VIGOUROUX Les Livres saints et la critique rationaliste, t. IV, p. 636 ; 2e édit.  
(31) Voir DOM BENOIT, La Franc-Maçonnerie, t.I. p. 247-262, Paris 1886. 
(32) IRÉNÉE Adv. hœres., lib. V, cap. xxv.  
(33) SUAREZ De Antich., sect. V, obj. VI.  
(34) APOCALYPSE XI, 7 -8 
(35) Archives Israélites, 10 août 1905, p. 249-252. - Voir notre ouvrage l'Avenir de JÉRUSALEM (Espérances et chimères) : Réponse aux Congrès Sionistes, Paris, librairie Poussielgue.  
(36) APOCALYPSE XI, 7 -8 
(37) Sur cette tradition, voir Cornel. à LAPIDE II EPÎTRE AUX THESSALONICINS II, 7. et Comm. sur l'APOCALYPSE ch. XVII, 1-2. - Dans l'édition Vivès, t. XIX. p. 155 et t. XXI, p. 307-309. Elle est adoptée, entre autres exégètes, par SIXTE DE SIENNE, BELLARMIN, ALCAZAR, SALMERON, SUAREZ - Cfr. Drach, Comment sur l'APOCALYPSE p. 127.  
(38) Érection du monument de GIORDANO BRUNO
(39) Lettre de S. SAINT LÉON XIII au peuple italien, le 8 décembre 1892. - Comme preuve des légitimes doléances de LÉON XIII, qu'on lise le document suivant du grand-maître de la Franc-Maçonnerie, LEMMI, document qui fut distribué à tous les francs-maçons d'ITALIE :
«... Du T..., 10 octobre 1890.
«Aux Vénérables Frères des Loges italiennes,«L'édifice que les FF... sont en voie d'élever dans le monde ne pourra être regardé comme arrivé à bon point tant que les FF... d'ITALIE n'auront pas fait don à l'humanité des décombres de la destruction du grand ennemi.
«L'entreprise avance rapidement en ITALIE..... Nous avons appliqué le ciseau au dernier refuge de la superstition, et la fidélité du F... 33.. qui est à la tête du pouvoir politique (M. CRISPI) nous est une garantie que le VATICAN tombera sous notre marteau vivifiant.
«Mais il est nécessaire que, lors des prochaines élections politiques, quatre cents FF... au moins entrent à la Chambre législative comme députés.....Les derniers efforts rencontreront de plus grands obstacles du côté du chef des prêtres et de ses vils esclaves......
«Le G...O... invoque le génie de l'humanité pour que tous les FF... travaillent de toutes leurs forces à disperser les pierres du VATICAN pour construire avec elles le temple de la Nation émancipée.
«Le G...O...de la Vallée du TIBRE»
 

(40) Encyclique HUMANUM GENUS de S. S. LÉON XIII, 20 avril 1884.
(41) SUAREZ De Antichristo, sect. V.  
(42) HIÉRONYME Ad Algariam, quœst., II.  
(43) CHRYSOSTOME In II ad THESSALONICIENS II.  
(44) Théodor., In II ad THESSALONICIENS II. 
(45) THÉOPHYLACTE In II ad THESSALONICIENS, II.  
(46) AUGUSTIN Civit. Dei, lib. XX, n° XIX.  
(47) 1 CORINTHIENS X, 11.  
(48) JONAS III, 14 ; MATTHIEU XII, 40.  
(49) ROMAINS V, 14.  
(50) «Nihil est sub sensu spirituali alicui loco tribuendum quod non per alium locum in sensu litterali manifeste traditum inveniatur, ut quanquam quæ in uno loco exponuntur, ad tropologiam vel allegoriam spectent, in aliis tamen locis ad litteram dicta ostendantur » (Salmeron, Comm. in Evangel. hist., prol. XIX, canon V, 1592, t.I, p. 345. - VIGOUROUX, Man. bibl., t. I, p. 285, 8è édition.  
(51) Les noms entre parenthèses sont ceux des principaux partisans des diverses opinions.  
(52) «Recapitulatio universæ iniquitatis » (Iræn., Adv. hœres., lib. V, c. XXVIII.)
.
https://lh3.googleusercontent.com/-_SCibxqD4Her0Dfx-MhQs48t9ojnEvGiecBhuIQ_fpqLHZU0sQqqh07sn7SWibFwVUd6inNnehX1wENwD85U-uRbacLLzZxDzfPJkdt045PoIY9oRt14Rh8od4AoVA57b6FW85MMTqBYNNQWNUwgSYHLG7bIrIOnuLFGrRLIQino4ONG7sOAmp8WxnUCM5ZGdq3CArdSf-NfRulfsj1uPhsnd6hknUtR7jZErxmQmF4vmJ7rggWqtVsyPrDIwqWTHm9NVta6X_EuUpPkS1pOzuro-97RniGPVSnKxJCa9SsLcrLZlotfrnbHe4SBJMtG79OJlDN-W-uTZCPbcAYTLQL0og2-5wdQVw9kE3JROxy_4JJEFlkyMGgF9_kqov_lx3vYUwvJArdsHgVenw-OEGPYUw1qnaVyS9gwFNkmdu_EIKJCbhbNG0ByY3ZQZVZkogb4QMkueco2LA7n5JASkr8FdkGGS_qn5NvKbxbkqXhb8QjahQ4zwvoTX1zDmO2XHso4yHJxe6kXvs2otvtbJuC7393yRiRqbDF2KOmnHqoUsg7cmt7gkO-wGytkNLoQSOAPA=w140-h16-nohttps://lh3.googleusercontent.com/-_SCibxqD4Her0Dfx-MhQs48t9ojnEvGiecBhuIQ_fpqLHZU0sQqqh07sn7SWibFwVUd6inNnehX1wENwD85U-uRbacLLzZxDzfPJkdt045PoIY9oRt14Rh8od4AoVA57b6FW85MMTqBYNNQWNUwgSYHLG7bIrIOnuLFGrRLIQino4ONG7sOAmp8WxnUCM5ZGdq3CArdSf-NfRulfsj1uPhsnd6hknUtR7jZErxmQmF4vmJ7rggWqtVsyPrDIwqWTHm9NVta6X_EuUpPkS1pOzuro-97RniGPVSnKxJCa9SsLcrLZlotfrnbHe4SBJMtG79OJlDN-W-uTZCPbcAYTLQL0og2-5wdQVw9kE3JROxy_4JJEFlkyMGgF9_kqov_lx3vYUwvJArdsHgVenw-OEGPYUw1qnaVyS9gwFNkmdu_EIKJCbhbNG0ByY3ZQZVZkogb4QMkueco2LA7n5JASkr8FdkGGS_qn5NvKbxbkqXhb8QjahQ4zwvoTX1zDmO2XHso4yHJxe6kXvs2otvtbJuC7393yRiRqbDF2KOmnHqoUsg7cmt7gkO-wGytkNLoQSOAPA=w140-h16-no
.

Aucun commentaire: